Partagez | .
 

 ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Invité

Invité


MessageSujet: ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service   Jeu 12 Sep - 21:16




◮ Oublie tous les sacrifices
et ne laisse rien derrière toi



Prompto & Noctis & Cor


Get Adobe Flash player



Ces textes ne relèvent en rien du scénario final.


Fuir. Voilà un mot qu’il avait depuis longtemps mis au rang numéro un de son classement de ses verbes les plus employés après boire et dormir. C’était un phénomène auquel il était habitué et qui semblait vouloir le poursuivre, et ce, même après son départ forcé du Royaume de Lucis. Il devait avouer que cela lui avait laissé un goût amer et âcre dans la bouche qu’il définissait quoi que péniblement. « L’incident » était clos, et Prompto avait décidé de tirer un trait définitif sur les fragments de mémoire de ce passé qu’il voulait oublier.

Cette rémission, il ne la voulait pas. Il ne pouvait se résoudre à expier cette pensée morose qui le faisait constamment revenir en arrière. C’était un fait qui l’avait endurci bien que son côté déjanté laissait penser le contraire. La berline roulait depuis plusieurs heures et à toute allure dans le désert lucisien. Les conversations s’étaient tues depuis plusieurs centaines de kilomètres et le paysage monotone n’enlevait en rien l’ennui qui le submergeait. Le seul qui pouvait encore lui offrir un semblant d’échange, c’était Gladiolus, mais il dormait appuyé contre la vitre de sa portière. Le blondinet poussa un soupir, tourna la tête dans le sens opposé au garde du corps et le posa sur le fils de l’homme qui gouvernait ce pays de malheur qu’ils venaient de quitter. Cette même contrée qui connaissait une détresse identique à ce qu’il avait vécu jadis.

Ce désespoir, il le voyait dans les yeux de Noctis.

Il pouvait se vanter de connaître aussi bien son meilleur ami. Il devait être le seul à avoir eu les clés de ce livre étrangement bien fermé qu’était le Prince. Ah les clés du bonheur, il avait dû les chercher longtemps. Le moment n’était pas opportun pour la rigolade et il n’avait pas envie que leur invité surprise ne le décapite sur place pour faire trop de grabuge voire juste ouvrir la bouche. Il pensa à la petite scène de ménage immature qu’il avait perdue face au Commandant de la Garde, il y a de cela une bonne heure, et esquissa un sourire goguenard. Dans cette bataille verbale, Prompto n’avait pas que perdu la face, il avait aussi perdu sa place à l’avant. Place qu’il eut tant de mal à lâcher. C’était d’autant plus dramatique que devant la situation pourtant risible d’un blond accroché comme une moule à son siège passager en criant « NON VOUS L’AUREZ JAMAIS ! », Noctis n’avait pas émis un rictus depuis. Il devait avouer que cela l’inquiétait. Il n’avait aucun moyen d’essayer de lui remonter le moral.


▲▼▲



Ignis avait coupé le contact de la voiture dans laquelle ils étaient compressés aux abords d’une vieille station-service. L’ambiance nocturne et glaciale de ne réchauffait pas l’atmosphère brûlante qui régnait dans l’habitacle. Pour passer la nuit, ils s’étaient mis tant de bien que mal à l’aise : Noctis et Gladiolus s’endormirent contre leur vitre respective et les frères CdC étaient adossés sur leur siège. Quant à Prompto… Il regardait avec un intérêt assez fascinant le tissu qui recouvrait le plafond de la voiture. C’était incroyable la façon dont les fils s’entrelaçaient en un cordage complexe qui …. Qu’est-ce qu’il racontait au juste ? Il reconnecta ses neurones et reporta son regard sur l’intérieur de la voiture en soupirant. Tout le monde dormait. Il s’ennuyait et se demandait pourquoi le sommeil ne venait pas. Sans doute tous ces événements récents le travaillaient trop pour que son cerveau le laisse en paix. Qui sait. Il avait l’impression d’être impliqué malgré lui dans une situation que personne ne maîtrisait.

Il soupira à nouveau. Ces pensées le tracassaient et cela en devenait agaçant.

Il ferma les yeux, croisant les bras sur son torse en position d’endormissement. Il essaya de le trouver mais le bougre ne se cachait que trop bien. Après quelques minutes d’une patience infinie dont il dut faire preuve, le sommeil ne venait toujours pas. Ce n’était pas le bruit de la portière qui s’ouvrait doucement qui allait l’aider. La place à sa gauche se libéra en laissant derrière elle un espace de l’ordre de + ∞ dont il se contentait à merveille. Être coincé contre Super Glavio était peut-être très excitant mais pas vraiment son envie du moment. Un peu de patience, Grand Fou.

L’absence de Noctis le faisait cogiter dix fois plus que leur situation entière. Il se demandait ce qu’était parti faire le Prince et, devant cette question sans réponse, il décida de sortir à sa poursuite.

Il sortit de la voiture en prenant soin de ne pas faire trop de bruit et s’engagea sous le clair de lune qui éclairait de sa seule lumière les environs de la station. Le ciel était clair et dégagé, la fraicheur ambiante lui hérissait les poils de ses avant-bras qu’il se frictionna vigoureusement pour tenter de regagner quelques degrés internes. Le blond regarda autour de lui à la recherche de son meilleur ami. Ne le trouvant pas sur les abords de la route déserte, il fit le tour de l’édifice, toujours en friction intense, et le trouva à l’arrière, seul. Sans doute pensif, comme à son habitude. Prompto sourit et arriva discrètement dans son dos. Sans crier garde, il lui entoura les épaules d’un bras et s’exclama dans un murmure :

    ▬ Qu’est-ce que tu fais tout seul Noct ? Tu veux t’enfuir sans m’emmener avec toi ? C’pas sympa tu sais. Moi qui t’aimes tant de tout mon cœur et qui ne veut que te protéger.

Il avait le sourire aux lèvres alors que des volutes de vapeur sortaient de sa bouche à chaque mot prononcé. Son air de joyeux luron devait sans douter l’énerver en ce moment-même, Prompto le savait, il aurait préféré être seul, mais quand on avait un ami comme le blond c’était une requête qu’on ne pouvait lui faire. Le jeune homme ne pouvait se permettre de le laisser seul un seul instant. Même s’il lui demandait.

    ▬ Toi aussi tu fais une insomnie ? Il retira son bras des épaules du Prince et le laissa tranquille. Moi j’ai compté le nombre de fils qu’il y a sur un carré de un centimètre sur le tissu du plafond de la bagnole. Il y en a exactement deux cent-cinquante. Intéressant non ?

Il parlait pour ne rien dire et espérait secrètement que cela le ferait réagir. Cependant, les coins de ses lèvres retombèrent d’un coup. Il était peut-être l’ami de Noctis mais son statut civil le privait de tout contrat avec la Maison Royale. Il ne savait pas quoi faire de sa vie et on le privait de la seule chose qu’il voulait vraiment faire des longues années qui lui restaient à vivre. Il trouvait ça injuste. Ne pouvant cacher son malaise intérieur face à son meilleur ami, il avoua :

    ▬ Ecoute, t’as pas tiré un mot depuis qu’on est parti de Lucis et c’est à peine si t’as ouvert la bouche quand Coincé du Cul numéro un, a.k.a Cor-nichon, a débarqué. Il soupira doucement. Tu veux en parler ? De toute manière je n’ai pas envie de dormir et je ne peux pas me résoudre à te laisser tout seul.

Sans doute son envie de servir la royauté s’était finalement accordée à son amitié pour l’Héritier du trône.


© Prompto


Dernière édition par Prompto Argentum le Lun 16 Sep - 17:16, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité


MessageSujet: Re: ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service   Dim 15 Sep - 21:08




❝ Une radio, un café, un meurtre...
Ft. Prompto & Cor







« Les hommes sont si lâches et si serviles que si leurs tyrans leur ordonnaient de s'aimer, ils s'adoreraient. » - Alexandre Dumas.

L'avenir a le don d'arriver sans prévenir.
Toi qui aspiré à une vie dénuée de conflit, toi qui escompté ce traité pour enfin revenir aux jours paisibles que tu avais connus jadis lors de ton enfance… Te retrouves désormais mêlé au sein même d’une lutte contre la suprématie. Lucis fut pillé, dévasté par la ruine et l’avarice de la guerre.  Et malgré les efforts de la résistance pour évincer l’invasion ennemie, malgré ta hargne et ta puissance au combat, le cristal te fut outrageusement dérobé.

Lorsque tu songes à présent à cette défaite, un goût de bile te corrode la gorge, tes poings se serrent sous l’humiliation. Ma force est immense, perdre m’est impossible… mais alors comment ? – Tu ne cesses de te répéter ses mots, encore et encore, tandis que ton regard tourmenté guette l’horizon ocre à travers ce vitrage teinté de noir. Bien que chimérique et silencieux, tu perçois les brides d’une conversation entre Ignis et Cor dans le véhicule qui vous conduit tout droit vers une bien obscure destinée. Ils parlent de l’avenir de tes sujets, de ce qui fut autrefois ta patrie, et d’une quelconque solution pour se rapproprier gloire et indépendance. Toi, tu restes sourd à tout cela, tu fermes tes paupières pour préserver un semblant de dignité, une dignité dès lors bafouée par les souvenirs de ce massacre : Je ne veux pas d’avenir, je veux un présent. Un présent où nous serions heureux…  -

▲▼▲

Après plusieurs heures de trajet, le moteur s’enraye soudain en plein cœur de plaines arides avoisinant une vieille station isolée. La voûte nocturne étincelle déjà de mille lueurs lorsque tu prends compte que le soir était déjà tombée. Le contact coupé, le général infortuné, comme il fut surnommé par ses hommes les plus hardis, se tourna dans votre direction :

« Nous nous reposerons ici pour la nuit. »

Une phrase prompte, au ton inflexible, que tu acquiesces sans plus de frivolité. Callant ton crâne contre la fenêtre, voilà que tu t’évertues à trouver un sommeil qui ne viendra sans doute jamais. Car tu as peur, peur que tes spectres ne reviennent te hanter lorsque tu te laisseras chuter entres les limbes de l’inconscience. Cette simple pensée te fait d’ailleurs frémir d’effroi, lorsque l’idée d’aller inspirer un bol d’air pur à l’extérieur te traverse l’esprit. Tes doigts râpent sur la portière pour l’ouvrir, t’extirpant vivement de cette cage sans te soucier du vacarme que tu as pu causer.

La brise d’automne s’égare dans tes cheveux aux nuances d’ébènes, tes pas foulant le sable stérile, une seconde fois esclave de tes remords. Lentement, tes iris turquoise se perdent au creux des ténèbres gorgeant le ciel au-dessus de ta tête, comme si tu espérais y dénicher une consolation solide. Mais rien… rien hormis cette lumière scindant les cieux jusqu’à un point inconnu. Encore toi, quand t’est-ce que disparaitras-tu ? – Mais à qui parles-tu, Noctis ? Le sais-tu ?... Une accolade vient subitement t’extirper de tes réflexions lugubres, clignant tes yeux qui tombent nez à nez avec une touffe blonde familière :

« Qu’est-ce que tu fais tout seul Noct’ ? Tu veux t’enfuir sans m’emmener avec toi ? C’pas sympa tu sais. Moi qui t’aimes tant de tout mon cœur et qui ne veut que te protéger. Toi aussi tu fais une insomnie ? Moi j’ai compté le nombre de fils qu’il y a sur un carré de un centimètre sur le tissu du plafond de la bagnole. Il y en a exactement deux cent-cinquante. Intéressant non ? » S’esclaffa-t-il gaiement devant toi, un grand sourire ornant ses lèvres.

Tu ne répliques que par un soupire las, celui-ci enchaînant plus gravement :

« Ecoute, t’as pas tiré un mot depuis qu’on est parti de Lucis et c’est à peine si t’as ouvert la bouche quand Coincé du Cul numéro un, a.k.a Cor-nichon, a débarqué. Tu veux en parler ? De toute manière je n’ai pas envie de dormir et je ne peux pas me résoudre à te laisser tout seul.
- C’est justement la solitude que je désirais. »

Ta réponse est brève et intangible. Tu ne cherches aucunement à poursuivre la discussion, et tu t’exiles en hauteur, empruntant d’une démarche monotone l’escalier menant au toit de la station. Tu t’avances, puis interromps tout mouvement une fois au bord. Pourtant, le vide en dessous de toi ne t’importune pas, ton attention uniquement focalisé vers le paysage désolé, aphone :

« Je t’ai dit que je désirais être seul Prompto. Alors pourquoi me suis-tu ? »





Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité


MessageSujet: Re: ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service   Lun 16 Sep - 1:13




◮ Oublie tous les sacrifices
et ne laisse rien derrière toi



Prompto & Noctis & Cor


Get Adobe Flash player



Dis-moi que je suis ton préféré.
Dis-moi que tu me hais.


Ils formaient tous les deux un couple improbable.

L’un avait la chevelure blonde comme le malte, l’autre noire comme le charbon.
Le premier était le manque de sérieux personnifié, un bout de connerie humaine ambulant et un moulin à paroles. Le second était effacé, calme, silencieux et terriblement solitaire.
L’un était hors-la-loi, l’autre était Prince.

Et pourtant, malgré les différences caractérielles, malgré les différences sociales, ils avaient réussi à se rencontrer et à nouer une amitié qui ne s’était jamais ébranlée. Oh, il y avait eu des disputes, des déceptions, des accrocs comme dans toute relation. Mais c’était ça qui les avait forgés.

Une amitié dans le fer et l’acier, résistante à toutes épreuves que le Destin a bien voulu leur imposer, même à celle qu’ils subissaient tous plus ou moins dans les circonstances actuelles. Leur passé était imprégné d’une innocence à jamais perdue, leur présent, un enchevêtrement de hauts, de bas, de nœuds et de croisements, dont les chemins parcourent une terre ruinée par les combats. Ravagée par la guerre.

Cette guerre. Quelle plaie.

Elle t’a changé. Irrévocablement.

Cette pensée lui traversa l’esprit une énième fois depuis le début de leur voyage. Oui, Prompto l’avait remarqué, ce petit changement dans le comportement de son meilleur ami. Il en avait fait inconsciemment abstraction.
Peut-être parce que qu’il ne pouvait croire que le jeune homme introverti qu’il avait connu à l’école s’était replié encore un peu plus dans son propre silence.
Peut-être ne voulait-il simplement pas le voir.

Ce raisonnement subversif le ramenait à cette réalité sombre qu’était celle du présent. Celle qui était parfois difficile à digérer et pire lorsqu’elle était incarnée en la personne la plus chère à ses yeux. Malgré toutes les ondes d’optimisme qu’il avait pu essayer de transmettre à Noctis, Prompto n’y avait décelé aucune réaction. Pas un mot. Juste un soupir las qui en disait plus qu’il ne pouvait laisser entendre.

Je t’énerve. Je sais.

Malgré cet échec, il avait continué. Il savait que la bonne recette était de persister jusqu’à avoir un retour positif. La défaite était courue d’avance.

    ▬ C’est justement la solitude que je désirais.

Une réponse courte, concise qui le perce de part et d’autre du cœur. Mais il avait l’habitude. La péremption dont il faisait preuve ne l’atteignait pas et pour cause : il n’allait pas abandonner si facilement. Alors il sourit, d’un air confiant et fomenteur.

    ▬ Tu seras étonné d’apprendre que je me fous de ce que tu dis, mon Chou. J’ai déjà violé tes lois sans même enlever mon caleçon, alors tu penses bien que tes menaces ou envies d’être seul … me passent par-dessus.

Il entreprit de le suivre. Comme son ombre. Ne l’était-il pas depuis longtemps d’ailleurs ? Un mâne perdu sans rien à quoi se raccrocher pour pouvoir vivre à nouveau. Car il n’avait pas d’autre raison honorable d’exister. La Maison Royale n’avait pas voulu de lui, tant pis. Aussi, soutenir moralement Noctis était la seule chose qui lui semblait être une bonne raison de continuer le chemin à ses côtés.

Comme un camarade. Comme un ami.

Même s’il n’arrivait pas à rester sérieux ne serait-ce que quelques secondes.

Il atteignit le toit de la station-service qui surplombait un paysage endeuillé par un soleil trop cruel. La fraîcheur de l’atmosphère piquait ses articulations. De l’air chaud s’échappait encore de ses narines et de sa bouche en d’épaisses volutes opaques et chaudes. Mais ce n’étaient pas ses inquiétudes prioritaires.

C’est toi qui me préoccupes, Noct’.

Il observa son ami valsant au bord du vide sans éprouver la moindre peur pour sa sécurité. Il savait qu’il n’était pas de ces gens qui abandonnent par le moyen le plus facile mais aussi le plus lâche. Non. Noctis avait un semblant d’honneur et de dignité. Il le regarda s’approcher du bord sans sourciller.

    ▬  Je t’ai dit que je désirais être seul Prompto. Alors pourquoi me suis-tu ?

Un fin sourire s’esquissa sur son visage. C’était prévisible.

    ▬ Eh bien ….

Il avança à sa hauteur d’un pas assuré et s’assit sur le rebord du toit, les pieds dans le vide. Son regard se porta sur cette terre aride qui s’étendait jusqu’à l’horizon. Du moins, de ce qu’il pouvait en voir. Il inspira l’air frais du soir à pleins poumons puis expira. C’était bon, apaisant et il était terriblement stupide.

    ▬ On ne peut pas te laisser seul cinq minutes sans que tu ne veuilles sauter dans le vide. Mais vas-y, je t’en prie. Ne fais pas attention à moi, je ne suis là que pour témoigner que tu t’es bien ouvert le crâne en bas.

Son ton désintéressé trahissait son inquiétude mais démontrait aussi la bêtise de sa question. Il patienta quelques secondes qu'il laissa à Noctis pour réfléchir à ses paroles. Finalement, il trancha :

    ▬ Sinon, tu comptes te jeter droit dans la gueule du loup sans nous ? Parce que tu peux rêver. Je ne vais pas te lâcher d'une semelle à partir de maintenant.

Il n'adressa pas un regard au Prince, perdant le sien dans l'immensité du paysage éclairé par le clair de lune, l'air grave.


Bien sûr que je ne veux pas que tu sautes.

Bien sûr que je ne veux pas que tu sombres.

Bien sûr que je ne veux pas te perdre.



© Prompto
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité


MessageSujet: Re: ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service   Mar 17 Sep - 5:21



❝ oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi ...
Ft. Prompto & Cor









« Le malheur a habituellement deux effets : souvent il éteint toute affection envers les malheureux, et non moins souvent, il éteint chez les malheureux toute affection envers les autres. » - Antonio Gramsci


L'amitié est lente à mûrir, et la vie si rapide. L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine.
Vous vous êtes coudoyés par un jour de fortune, lors d’une fugue éphémère, et vous êtes ficelé l’un à l’autre comme deux antipodes qui ne peuvent subsister sans leurs parts de lumière/de ténèbres.  Par sa bonté folâtre, il a su clarifier ta funeste existence. Par ses sourires, il a su te conforter, consoler tes peines. Par son assistance, il a su te montrer la voie de la félicité… Votre relation est plus qu’une candide amitié, tu l’aimes comme un frère, comme une ombre, comme l’un des êtres les plus cher à tes yeux sur ses terres corrodée par la discorde. Alors, pour quelle raison l’ignores-tu ?

Ton mépris le fait souffrir, ton arrogance le fait languir, tu le sais. Cependant, tu t’entêtes à demeurer glacial pour prémunir le peu de décence qu’il te reste encore. Est-ce ce que tu désires ? La solitude… ou bien susciter tout son intérêt ?

« Eh bien … »

Il balbutie, venant finalement te retrouver contre le rebord sur lequel tu séjournes, discret, réservé comme par habitude. Tu détournes par ailleurs le regard, fuyant ses inquiétudes tel un lâche. J’ai besoin d’être seul, pourquoi ne le comprends-tu pas ? Je ne veux plus vous mêler à cette guerre ni à ces problèmes qui sont les miens.

« On ne peut pas te laisser seul cinq minutes sans que tu ne veuilles sauter dans le vide. Mais vas-y, je t’en prie. Ne fais pas attention à moi, je ne suis là que pour témoigner que tu t’es bien ouvert le crâne en bas.
- »

Je sais parfaitement ce que je fais. – Veux-tu lui objecter, mais tu n’en possède désormais plus la hardiesse nécessaire. Il est anxieux, consent tes doutes, et tu ne peux plus rien lui dissimuler. Il a appris à te connaître, à t’étudier, et tu déplores de ne plus jouir dorénavant de cette carapace d’ivoire d’autrefois. Celle qui te permettait de paraître insaisissable aux yeux d’un peuple dupe et volubile.

« Prompto. Ses prunelles d’azurs te scrutent avec indiscrétion à cet appel que tu émets soudain, Je dois le récupérer. Tu te redresses, ton audace te faisant encore déblatérer des absurdités sans prendre véritablement conscience de la situation précaire à laquelle tu te retrouves mêlé, Je peux m’en charger seul. Vous, retournez auprès de mon père, il a besoin de beaucoup d’assistance en ces temps difficiles.
- Et tu comptes te jeter dans la gueule du loup tout seul Noct’ ? C’est de la folie !
- Ma force est bien plus puissante que la vôtre réunie. Je n’aurais aucun à en mal en finir une bonne fois pour toutes avec Idola et récupérer le cristal avant qu’il ne soit trop tard. Et n’essaye pas de m’en empêcher. »

Ses poings se serrent, le voilà offusqué par tes propos dénué de tact. Te rends-tu compte du mal que tu engendres autour de toi, Noctis ? Tes paupières s’abaissent d’un semblant de dérision. Tu t’en rends bien compte, mais tu t’y résigne, plutôt qu’à les entraîner vers une bataille échouée d’avance… Submergé par tes songes, tu ne remarques guère que… dans la pénombre, non loin de vous, une présence vous guette.








Revenir en haut Aller en bas

avatar


Invité

Invité


MessageSujet: Re: ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service   Ven 20 Sep - 20:15


Archivage



Votre rp est archivé dans les méandres de la corbeille du forum. Pourquoi ?

Le Fondateur, Cor Leonis, a changé de personnage et est devenu Gladiolus Amicitia.

De même que pour la co-fondatrice, Falco Meister, ayant changer de personnage en deuxième compte pour Ignis Stupeo Scientia.

Le rp n'est donc plus à même d'être continué.


Si vous décidez de continuer/recommencer le rp, adressez-vous à un membre du staff pour qu'il vous le repêche de la corbeille.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service   

Revenir en haut Aller en bas
 

◮ Oublie tous les sacrifices et ne laisse rien derrière toi. | Noctis & Cor - Station-service

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» énigmes en tout genre (sauf à double sens)
» laisse : se laisse trainer derrière.
» Se laisser caresser
» Poule tueuse... ?
» Balade en laisse avec le chiot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ‶ Coin Détente :: ⊰ ♕ Partenariats, Pubs, etc... :: ⊰ ♕ Les Rôle Play Archivés.-